Bourse, les actions FDJ, sont-elles des valeurs anti-crise ou pas ?

Bourse, les actions FDJ, sont-elles des valeurs anti-crise ou pas ?

Le modèle économique de la Française des jeux ainsi que la sûreté de la valeur ont permis à son action de marquer de nouveaux records annuels en 2020.

Alors que l’ensemble du marché peinait à retrouver de la couleur en plein cœur de la crise économique liée à la COVID-19, la baisse du prix de l’action FDJ a été cependant très mitigée et la valeur avait regagné toutes ces pertes à la fin du mois de mai 2020.

Alors les actions de la FDJ, sont-elles des valeurs anti-crise ?

Bourse : les actions FDJ, une valeur anti-crise ou pas ?

Mais qu’est-ce que c’est une valeur anti-crise ?

Les valeurs anti-crise ou valeurs refuges sont celles qui ont tendance à préserver ou prendre de la valeur durant les périodes de turbulences des marchés. Cela signifie qu’elles présentent un faible niveau de risque en période d’incertitude économique.

Les actions anti-crise sont recherchées par les investisseurs pour limiter leur exposition aux pertes en cas de forte baisse des marchés comme c’est arrivé en mars 2020.

Le rôle des valeurs refuges est soit de diversifier un portefeuille, soit de faire mieux en rendement que le marché en période de baisse.

La FDJ, la valeur anti-crise par excellence ?

En mai 2020, la Française des jeux avait particulièrement attiré l’attention des investisseurs.

En effet, le demi-million de particuliers qui avaient acheté des actions FDJ en novembre 2019 lors de son IPO ne s’était pas trompé.

À la fin du mois de mai, alors que le CAC 40 perdait plus de 20 % sur l’année malgré une reprise des marchés, la FDJ faisait un bond de 25 % et atteignait une capitalisation boursière de plus 6 milliards d’euros.

Dans l’indice SBF 120, qui est l’indice des valeurs les plus négociées à la Bourse de Paris, les valeurs qui ont nettement été plus performantes que les actions FDJ sont BioMérieux et Sartorius qui avaient gagné près de 60 % sur l’année.

Mais on comprend qu’il s’agit de valeurs biotechnologiques et pharmaceutiques qui portaient l’espoir des investisseurs en raison de leur participation à l’élaboration de vaccins contre la COVID-19.

Après avoir marqué une clôture record au-dessus de 30 euros en mai, le prix de l’action FDJ s’est maintenu entre 30 et 32 euros jusqu’en octobre où l’on observe une nouvelle hausse, une de plus !

À la fin du mois de novembre, le prix de l’action FDJ se stabilise aux alentours de 35 euros. Cela porte sa croissance annuelle à 50 % !

Ainsi, la FDJ aura bien joué le rôle de valeur refuge à l’instar de valeurs anti-crise traditionnelles comme l’or.

Cela est de bon augure pour le groupe, car l’effet de « mémoire des marchés » pourrait encore profiter à la Française des jeux lors de prochains troubles économiques à venir.

Les investisseurs pourraient systématiquement acheter ses actions pour se diversifier ou pour protéger leurs avoirs.

Pourquoi les actions de la FDJ ont-elles tenu bon ?

Reçue par Europe 1 en juillet, sa PDG Stéphane Pallez a déclaré que la FDJ est une entreprise résiliente du fait de la nature de ses activités.

« Dès que nos clients retrouvent leurs habitudes, ils retrouvent aussi une activité avec nous », a-t-elle expliqué avant de se réjouir d’avoir bien géré la plus grande crise que le monde ait connu depuis 1929. Selon elle, la visibilité du groupe et la récurrence des revenus ont fait des actions FDJ une valeur refuge.

De plus, en période de crise sanitaire, les ventes de tabac, d’alcool, de jeux à gratter et de loteries ont tendance à augmenter, sauf bien sûr les jeux de casino (Partouche, Barrière etc.) durement frappés par la pandémie, leurs établissements de divertissements étant fermés administrativement.

En tous les cas, les performances des actions de la FDJ se sont réalisées en dépit d’une forte diminution de ses activités. En effet, une grande partie de son chiffre d’affaires passe par son réseau de 30 800 points de vente. Or, celui-ci a été réduit de 20 % durant la période du premier confinement.

Cependant, contrairement aux groupes industriels qui ont souffert de l’arrêt brutal de leurs activités, et doivent supporter de grosses charges, la FDJ peut modérer celles-ci en estompant la publicité.

Les analystes du groupe financier Oddo BHF tablaient sur le fait que si la FDJ coupait son budget publicitaire, l’érosion des capitaux entre mai et juin se limiterait seulement à 10 millions d’euros.

En outre, le fait que la FDJ soit détenue en partie par l’État est un gage de sécurité pour les investisseurs qui peuvent s’attendre à un rendement à long terme.

D’autre part, l’État avait décidé d’offrir aux investisseurs une action gratuite pour chaque 10 actions détenues pendant 18 mois. Cette période se terminant en mai 2021, cela explique en partie que les investisseurs veulent garder leurs titres.

Mesures prises par la FDJ pour surmonter la crise

La Française des jeux n’a pas fait appel aux mesures d’aides proposées par le gouvernement pour la période de la COVID-19. La société a plutôt opté pour une diminution de son dividende de 30 % par rapport à ce qui était prévu.

Pour soutenir son réseau de distribution en période de confinement, la FDJ a investi dans une campagne publicitaire dédiée à sa mise en valeur. Un spot radio ainsi qu’une affiche publicitaire déclinée en 5 variantes ont été conçus par l’agence Romance pour le compte de la FDJ.

Pour clore, il est assurément indéniable que les actions FDJ sont des valeurs anti-crise pour les investisseurs de moyen et long terme.

Retour haut de page