The Sinking City, notre test et avis sur ce jeu vidéo d’enquêtes

The Sinking City, notre test et avis sur ce jeu vidéo d’enquêtes

Le studio Frogwares n’en est plus à son coup d’essai avec les jeux vidéo d’enquêtes !

Après Sherlock Holmes, voici que le studio amène sur le tapis un concept très intéressant mêlant enquêtes et univers Lovecraft avec son jeu vidéo. Sorti en 2019, The Sinking City sort de nouveau aujourd’hui sur PS5.

Découvrez notre avis sur le jeu vidéo d’enquêtes The Sinking City dans ce test : est-il un bel hommage à Lovecraft qui fera chauffer vos méninges ?

The Sinking City, notre test et avis sur ce jeu vidéo d'enquêtes.

The Sinking City : entre Sherlock Holmes et Lovecraft

The Sinking City est un jeu vidéo d’enquêtes développé par le studio ukrainien Frogwares.

Habitués des aventures de Sherlock Holmes, c’est dans un tout autre univers que le studio va nous plonger cette fois-ci. Plus surnaturel, glauque et mystique, The Sinking City est un jeu vidéo qui semble tout droit sorti de l’univers de Lovecraft.

Vous n’incarnez donc pas Sherlock Holmes pour cette fois, mais vous aurez la satisfaction de rester un détective privé grâce au personnage de Charles Reed, vétéran de la première guerre mondiale.

Ce sont des rêves cauchemardesques qui poussent Charles Reed à se rendre à Oakmont dans le Massachusetts, une ville isolée qui est un véritable théâtre d’horreur suite à une inondation anormale et surnaturelle.

Les habitants de cette ville sont également sujets à ces mêmes visions tandis que certains sont carrément affublés d’une tête de poisson et non d’un visage humain.

C’est grâce à son sixième sens d’enquêteur que Charles Reed cherchera à comprendre ce qui lui arrive en plus d’enquêter sur les étranges phénomènes d’Oakmont, un petit monde ouvert à l’ambiance lovecraftienne très réussie.

Mélangez ainsi un pitch assez classique de détective privé avec un univers aussi prenant que celui de Lovecraft et vous obtenez le jeu vidéo d’enquêtes The Sinking City !

Force du studio Frogwares, la narration est plutôt bien amenée et l’histoire de notre cher Charles Reed est plutôt agréable à suivre au milieu de plusieurs quêtes secondaires.

L’intrigue ne sera d’ailleurs pas exactement la même pour tous les joueurs selon les choix que vous ferez au cours de votre aventure.

La mise en scène générale est néanmoins très simple et ne laisse pas trop de place aux émotions, ce qui est dommage à notre avis.

Entre enquêtes et action, le gameplay de The Sinking City manque de profondeur

Malgré l’ambiance teintée de survival horror, on est bien dans un jeu vidéo d’enquêtes avec The Sinking City. Dites ainsi au revoir aux mécaniques RPG modernes où vous sautez de quête en quête grâce à des voyants lumineux sur votre carte !

Des enquêtes pour détective en apprentissage

Dans le jeu vidéo The Sinking City, vous êtes totalement livrés à vous-mêmes. Vous devrez examiner vos indices (accumulés dans un carnet de notes) et faire vos recherches pour faire avancer les différentes enquêtes de l’histoire.

Dans ce but, vous aurez accès aux archives de divers bâtiments de la ville pour vous aider (mairie, hôpital, police, université, etc.). Cette mécanique fait un peu peur sur le papier, mais se révèle en pratique plutôt aisée grâce à des indices relativement explicites.

C’est ici que le mode de difficulté que vous aurez choisi rentre en jeu, rendant votre réflexion plus ou moins ardue sans jamais vous demander de faire chauffer votre cerveau comme pourrait le faire un Myst par exemple.

Tel un véritable escape game, il vous faudra donc ratisser les scènes de crime pour débusquer tous les indices afin d’élucider l’enquête.

Pour cela, Charles Reed pourra également s’aider d’un pouvoir surnaturel (l’« œil de l’esprit ») pour récolter d’autres éléments utiles à l’enquête comme des indices cachés ou des visions de fantômes du passé, pratique !

Votre but sera finalement de reconstituer la trame du drame dans une mécanique dédiée. Là encore The Sinking City pêche à rajouter des éléments de difficulté puisque vous ne pourrez pas échouer : l’interface est claire et précise concernant vos erreurs pour que vous puissiez ajuster directement.

Des enquêtes sans challenge à l’action sans dynamisme

Mais vos enquêtes ne sont pas les étapes d’une promenade de santé ! En effet, The Sinking City a également une dimension de jeu d’action puisque des malbêtes agressives pullulent en ville.

Ces créatures très lovecraftiennes vous demanderont de troquer vos compétences d’enquêteur pour vos talents de tireur en TPS. Mais attention à vos munitions ! Récupérables un peu partout, mais en faible quantité dans Oakmont, il faudra être économe !

On retrouve donc un côté RPG d’action avec les codes qu’on lui connaît bien : vous pourrez ainsi étoffer votre armement et votre arbre de talents au cours de votre aventure pour gagner en puissance en plus de plonger dans l’artisanat pour confectionner kits de soin et munitions.

Un mix des genres finalement assez maladroit dans le jeu vidéo The Sinking City qui propose des phases de combats assez décevantes, voire pénibles (manque de dynamisme, problème de hitbox, etc.).

Le jeu vidéo The Sinking City tente également d’emprunter des codes classiques du genre survival horror pour faire honneur à Lovecraft, une dimension notamment retranscrite dans une jauge de sanité qui n’en finira plus de baisser dès que vous rencontrerez des créatures effrayantes.

Le risque ? Voir apparaître des hallucinations et visions toutes plus effroyables les unes que les autres ! Notre avis, en pratique, est que cette jauge se révèle malheureusement anecdotique et sans grand challenge car contrée par un simple consommable facilement craftable (les antipsychotiques).

Points forts et points faibles : notre avis après le test de The Sinking City

Points forts :

  • Une ambiance façon Lovecraft très réussie, immersive et horrifique avec un bon rendu visuel ;
  • L’autonomie de jeu d’enquête nous fait nous intéresser véritablement à l’histoire du jeu et des quêtes que l’on complète ;
  • Très bonne narration dans certains personnages et quêtes secondaires ;
  • Des bonnes idées de mécaniques avec une idée intéressante de mélange des genres (action, survival horror, monde ouvert et enquêtes) ;
  • Durée de vie très correcte (une quinzaine d’heure pour l’histoire principale et une trentaine pour faire la totalité du jeu) ;
  • Doublage français complet ;
  • Des lacunes ont été comblées grâce à la version de la console PS5 (graphismes, temps de chargement, etc.).

Points faibles :

  • Trop d’idées mal abouties ! À trop vouloir en faire, rien n’est finalement satisfaisant :
    • Enquêtes sans challenge, trop simples et trop guidées ;
    • La dimension action est complètement ratée ;
    • Un monde ouvert vide ;
  • Les allers-retours sont assez nombreux et pénibles ;
  • Le jeu vidéo est vite répétitif ;
  • L’interface est peu ergonomique ;
  • Quelques bugs ponctuant un certain retard technique (graphismes, animations, réalisation, etc.) par rapport aux jeux vidéo actuels sur les versions PS4, PC, etc.

À vouloir faire trop de choses, on ne fait finalement rien correctement ! C’est notre conclusion tirée sur le jeu vidéo The Sinking City après avoir terminé ce test.

Un jeu vidéo d’enquêtes proposant une aventure de détective trop simple, des phases d’actions ratées, des fonctionnalités inutiles (arbre de talent, artisanat, monde ouvert, etc.) pour faire comme les autres jeux vidéo du moment, … The Sinking City aurait mieux fait de se concentrer à notre avis sur la dimension « enquêtes » pour proposer un jeu plus abouti.

L’univers Lovecraft très bien réussi reste néanmoins la plus grande force de ce jeu en plus d’une écriture de qualité et d’idées de mécaniques originales qui auraient pu être bien mieux ficelées en y allouant les ressources nécessaires.

Fans de Lovecraft, si vous souhaitez faire vous-mêmes le test pour vous faire votre propre avis, soyez prévenus ! L’aventure vaut tout de même le détour !

Vidéo du jeu The Sinking City sur console PS5 – Gameplay – Merci à FA GAMEZ pour cette vidéo !

Euro 2020.
Retour haut de page