Groupe Partouche, une véritable et passionnante histoire familiale !

Groupe Partouche, une véritable et passionnante histoire familiale !

Partouche est un groupe familial de loisirs français propriétaire de 43 casinos, mais aussi de 13 hôtels.

La société a été fondée par Isidore Partouche, un commerçant né en 1930 en Algérie qui a été rapatrié en France en 1962 en France, au Touquet, qui est décidément une ville de grands destins !

Il tient rapidement une « baraque de divertissements » dotée d’une piste de karting. Isidore Partouche, anciennement radioélectricien concessionnaire de la société Philips, a alors choisi son domaine de prédilection pour sa vie française : le jeu.

Groupe Partouche, une histoire véritable et passionnante !

Le premier casino Partouche sera celui de Saint-Amand-les-Eaux

En 1973, le fondateur de ce qui allait devenir le groupe Partouche achète son premier casino, avec son établissement thermal et la source d’eau minérale, à Saint-Amand-les-Eaux, dans le nord.

Dès le début, cette aventure est familiale puisqu’il reprend l’établissement avec ses frères et sœurs. Ils parviennent tous ensemble à redresser financièrement ce casino.

Aujourd’hui encore, il demeure l’un des fleurons du groupe puisqu’il se situe à la 4ème place des casinos en France avec pas moins de 275 machines à sous et 55 millions d’euros de produit annuel.

En tous les cas, ce premier succès permet à Isidore Partouche de commencer à développer son empire

Les premiers casinos de l’empire Partouche

Après sa réussite de Saint-Amand-les-Eaux, Isidore Partouche se lance dans l’acquisition d’autres casinos dans le Nord, au Touquet en 1976, à Forges-les-Eaux en 1986, à Dieppe en 1986 également puis à Vichy en 1989. Parallèlement, il lance aussi un casino à Calais en 1982.

À l’époque, pour garder ses casinos, il est obligé de vendre ses exploitations d’eau de source car la rentabilité de ces dernières, qui fonctionnent grâce aux seuls jeux traditionnels (jeux de roulette, blackjack etc.), n’est pas la panacée en termes de chiffre d’affaires.

Cependant, Isidore Partouche est convaincu que le secteur des jeux en France va évoluer législativement. C’est ainsi que lorsque les machines à sous font leur apparition dans tous les établissements de son groupe, le chiffre d’affaires et les bénéfices explosent.

Les années 90 et l’entrée en bourse du groupe Partouche

De 1991 à 1994, le groupe Partouche fait l’acquisition d’autres casinos, notamment dans le sud de la France à savoir à Juan-les-Pins, Aix-en-Provence, La Ciotat ou encore Palavas-les-Flots.

Le développement est tel qu’en 1995, Partouche devient le premier groupe de casinos à faire son entrée en Bourse. Il est introduit au second marché de la Bourse de Paris.

Le groupe Partouche commence alors à se diversifier avec l’acquisition et l’ouverture d’hôtels, notamment le Méridien-Garden Beach à Juan les Pins, le Hilton de la Cité internationale à Lyon, l’hôtel Aquabella à Aix-en-Provence, ou encore le Savoy (devenu le 3.14) à Cannes, mais aussi à se développer à l’international.

Cette croissance commence par la Belgique avec le casino de Knokke puis à Agadir au Maroc, en Tunisie, en Espagne, etc. C’est lors de ce développement à l’international que Partouche invente le concept de Pasino qui mêle centre d’animation et établissement de jeux de casino.

L’innovation au cœur du développement du groupe Partouche

Tout en continuant à acquérir et à ouvrir des établissements, le groupe Partouche s’attache à faire évoluer le secteur du jeu, notamment pour l’adapter à la consommation de masse.

Ainsi en 2005, Partouche Interactive est né. Il s’agit d’une filiale qui est consacrée aux nouvelles technologies, avec paris sportifs et jeux de casino en ligne comme celui ouvert récemment en Suisse.

Sous l’impulsion de Patrick, fils d’Isidore, le groupe Partouche a également joué les pionniers en introduisant le poker dans ses casinos, tournois et poker rooms.

L’image du groupe Partouche est cependant entachée par une affaire de blanchiment d’argent qui a abouti finalement à un non-lieu ainsi que par la rumeur qu’Isidore Partouche aurait bénéficié d’une influence occulte, rumeur dans laquelle circule des noms illustres tels que Roger Hanin, algérois lui aussi, beau-frère de François Mitterrand et actionnaire discret du groupe mais également Enrico Macias, membre de son conseil de surveillance.

Aujourd’hui le groupe Partouche reste un leader européen des jeux de casino avec 55 casinos en Europe, dont 47 en France avec un chiffre d’affaires de 183,6 millions d’euros pour le 1er semestre de l’année 2020, qui est pourtant marquée par un contexte sanitaire compliqué. En comparaison, au 1er semestre 2019, il était de 222 millions d’euros.

Isidore Partouche, président du groupe ad vitam aeternam, est toujours aux commandes du navire, épaulé par son fils, Patrick Partouche, président du directoire et d’une myriade d’oncles, de neveux et de cousins.

La saga Partouche continue donc de s’écrire en famille !

Retour haut de page