TikTok, le réseau social, bloqué en Italie à cause du jeu du foulard

TikTok, le réseau social, bloqué en Italie à cause du jeu du foulard

En Italie, Antonella, 10 ans, a perdu la vie en réalisant le défi lugubre du « jeu du foulard », alors qu’elle n’était normalement pas en âge de pouvoir s’inscrire sur le réseau social.

Le pays a donc décidé de bloquer l’accès à TikTok aux personnes dont l’âge n’est pas garanti.

TikTok, le réseau social, bloqué en Italie à cause du jeu du foulard.

Le réseau social TikTok se retrouve bloqué en Italie

L’Italie a annoncé vendredi 22 janvier avoir bloqué provisoirement l’accès au réseau social Tik Tok pour les utilisateurs ne pouvant garantir leur âge.

Cette mesure d’urgence a été prise par l’Autorité pour la protection des données personnelles, à la suite du décès d’Antonella qui participait au « jeu du foulard » sur TikTok.

Elle entre en vigueur avec effet immédiat, et ce, jusqu’au 15 février, date à laquelle le réseau social chinois devra avoir répondu aux injonctions.

D’ici mi-février, l’Autorité indépendante a bien précisé que Tik Tok n’a pas le droit d’exploiter « les données des utilisateurs dont l’âge n’a pas été établi avec une sécurité absolue ».

Cela signifie qu’une personne souhaitant créer un compte sur le réseau social doit apporter la preuve de son âge.

Le drame du « jeu du foulard » sur TikTok

Cette mesure intervient donc à peine quelques heures après la révélation du décès d’une fillette à Palerme, en Sicile.

Elle a succombé à une asphyxie alors qu’elle prenait part au défi du « jeu du foulard » en se filmant avec son smartphone sur TikTok.

La petite Antonella, 10 ans, s’était isolée dans la salle de bain familiale, pour contribuer à un « black-out challenge » sur le réseau social, tout en se filmant avec son téléphone.

Les médias italiens présentent ce dernier défi comme une variante du « pass out challenge », un autre challenge dangereux déjà à la mode sur TikTok début 2020.

Les participants devaient balancer leur tête d’un côté à l’autre le plus vite possible jusqu’à s’évanouir…

Le « black-out challenge », tout comme le « pass out challenge », reste juste des déclinaisons du tristement célèbre « jeu du foulard », qui a fait son apparition dans les cours de récréation.

Le « jeu » réside dans le fait de s’étrangler avec une écharpe, une corde ou tout autre accessoire pour prouver sa capacité à résister à l’asphyxie.

Chaque année, ce « jeu », à l’image du jeu Neknomination, entraîne des accidents, dont certains sont mortels. Le « black-out challenge » est simplement sa version connectée : vous devez filmer la scène avec votre téléphone.

Antonella s’est donc enfermée dans la salle de bain avec son téléphone et s’est filmée avec la ceinture de son peignoir étranglant son cou.

Sa petite sœur de cinq ans l’a découverte sur le sol, dans un état de mort cérébrale. Antonella a été transportée d’urgence à l’hôpital, mais le service pédiatrique de Palerme n’a pas réussi à la réanimer.

La fillette est arrivée sans encombre à créer son compte sur le réseau social TikTok. Cette plateforme chinoise est très populaire chez les adolescents et malgré parfois leur jeune âge, « inférieur aux treize ans minimum prévus par la plateforme », précise l’Autorité de protection des données, l’inscription ne leur est pas refusée.

Une enquête a été instruite par le parquet de Palerme

Une enquête pour « incitation au suicide » a été ouverte par le Parquet de Palerme. Le téléphone portable d’Antonella a été réquisitionné par les enquêteurs.

Ils devront être en mesure de déterminer si la fillette était bien connectée en direct avec d’autres participants, si un tiers l’avait invitée à prendre part au challenge du « jeu du foulard » ou si elle faisait cette vidéo pour une connaissance.

Le quotidien La Repubblica a pu poser des questions aux parents d’Antonella. Ces derniers ont déclaré que c’est la sœur de la fillette, âgée de neuf ans, qui leur a expliqué le macabre défi : « Antonella participait au « jeu du foulard », le jeu de l’asphyxie. Nous n’en savions rien », a expliqué le père d’Antonella au journal, « nous n’étions pas au courant qu’elle participait à ce prétendu jeu. On savait qu’elle allait sur Tik Tok pour les chorégraphies et pour voir des vidéos. Mais comment pouvions-nous imaginer cette atrocité ? ».

Les parents de la fillette ont décidé de faire don de ses organes.

Le réseau social TikTok, qui possède aujourd’hui plus de 100 millions d’adeptes rien qu’en Europe, a réagi à cette tragédie en publiant un communiqué : « la sécurité de la communauté TikTok est notre priorité absolue. Nous restons disponibles pour les autorités compétentes afin de collaborer à leur enquête ».

En quête d’une régulation des réseaux sociaux

L’Autorité Italienne de protection des données avait déjà entamé une procédure en décembre 2019 contre TikTok.

Elle lui reprochait notamment à ce moment-là son « manque d’attention dans la protection des mineurs, la trop grande facilité à contourner l’interdiction de s’inscrire pour les plus jeunes, ainsi que la non-transparence des informations données aux utilisateurs et le réglage défini d’avance, non respectueux de la vie privée ».

Le décès d’Antonella, à la suite du « jeu du foulard », a engendré de vives réactions en Italie et relance la quête d’une régulation impérative des réseaux sociaux.

Le jeu du foulard, ce qu’il faut savoir

Que se passe-t-il dans le corps humain lors du jeu du foulard ?

 

Jackpot Loto de 14 millions d'euros mercredi 27 octobre !
Retour haut de page