Zeturf en hausse dans les paris hippiques

Zeturf en hausse dans les paris hippiques en ligne

Alors que l’année 2013 a été marquée par un net recul des mises dans les paris hippiques (voir PMU en baisse), l’opérateur ZEturf a enregistré quant à lui une importante hausse des mises collectées, preuve que ce concurrent du PMU parvient à se faire une vraie place sur le marché.

D’ailleurs, conscient de ses qualités, l’opérateur souhaite bien ne pas s’en arrêter là et compte sur quelques idées de développement pour poursuivre en 2014 sur sa lancée de 2013…

Zeturf, le site de paris hippiques en hausse de fréquentation.

Fondé en 2001 par le Français Emmanuel de Rohan-Chabot, ZEturf est un opérateur de paris hippiques en ligne dont on n’a probablement pas fini d’entendre parler.

En effet, à l’heure de tirer le bilan de l’année 2013, les mines sont radieuses au sein des équipes de ZEturf puisque l’opérateur a obtenu d’excellents résultats qui contrastent d’ailleurs avec celui du secteur dans son ensemble.

Zeturf, concurrent direct du PMU… et sans aucun réseau physique en France !

Si 2013 a vu les mises sur les paris hippiques en France baisser de 6%, ce n’est pas du tout la même tendance qui a été observée par ZEturf, puisque l’opérateur a enregistré une hausse du montant des mises de près de 25% par rapport à l’année 2012.

Grâce à ses 70 000 turfistes en ligne, l’opérateur de paris hippiques en ligne peut se vanter aujourd’hui de peser 10% du marché, une part importante quand on connaît la place forte tenue par le PMU sur le secteur.

De surcroît, ne pas oublier aussi que le PMU est amplement boosté par ses détaillants, son réseau physique.

En collectant près de 3 millions d’euros de mises par an, ZEturf n’a plus rien du petit opérateur qu’il était à ses débuts mais, comme l’admettait récemment Emmanuel de Rohan-Chabot, son entreprise avait naturellement pour objectif de « prendre des clients au PMU ».

Une stratégie simple et efficace pour Zeturf : reverser plus d’argent aux gagnants !

Pour y arriver, le patron de l’opérateur de paris hippiques en ligne comptait, entre autres, sur le taux de retour aux joueurs, beaucoup plus important chez les « petits » opérateurs qu’au PMU.

En effet, pendant que ZEturf reverse environ 82% des mises aux joueurs, le PMU n’en reverse que 76%, une différence de taille pour les joueurs qui souhaitent coute que coute optimiser leurs gains.

Mais les bons résultats de ZEturf ne sont pas liés qu’à la politique et la stratégie marketing de l’opérateur, puisque ce dernier a certainement profité de diverses erreurs commises par le leader du secteur, le PMU.

Le trop grand nombre de courses, l’impossibilité de se faire payer en liquide les gains supérieurs à 3000€ ou encore la trop grande orientation vers les paris sportifs traditionnels, sont tels que beaucoup de joueurs historiques du PMU ont revu leurs habitudes et sont, entre autres possibilités, allés parier sur ZEturf.

Il n’empêche que peu importe les raisons du succès, ZEturf a connu une merveilleuse année 2013 que son boss espère bien faire fructifier dès 2014.

Pour ce faire, l’opérateur souhaite avant tout fidéliser sa clientèle de joueurs. Disposant d’un taux de satisfaction de 80%, l’opérateur ne devrait pas avoir trop de mal à atteindre cet objectif.

ZEturf aspire également à accroître sa clientèle et mène dans ce cadre une vraie opération de transparence, conscient que certains joueurs privilégient le PMU pour un aspect sécuritaire, la marque historique PMU inspirant de prime abord davantage de confiance. 

Au-delà de la transparence, l’opérateur français devrait également proposer de nouveaux formats de paris hippiques en ligne pour le plus grand bonheur des joueurs.

Notez quand même, car des bruits de coulisses circulent comme dans tous les domaines, il semblerait que le PMU va proposer ses paris hippiques (et autres) dans les stations services… et même les boulangeries…

Une autre erreur du PMU en vue pour 2014 ? Car plus le PMU aura des points de vente, plus il aura des frais… et qui paiera ces frais ? Les aficionados du PMU pardi !

Enfin pour clore, parce que l’opérateur pourrait avoir envie de se prémunir d’un éventuel déclin du secteur des paris hippiques, ZEturf pourrait regarder, sans pour autant s’y lancer dès cette année, du côté des paris sportifs, voire même du poker en ligne.

En effet, face au boom connu par les paris sportifs ces derniers mois, on imagine mal Emmanuel de Rohan-Chabot rester totalement aveugle devant le phénomène. Pour autant, de là à voir ZEtuf développer une offre de paris sportifs ou de poker, pourquoi pas !

Retour haut de page