Loteries, jeux de grattage : qui dépense le plus en France ?

Loteries, jeux de grattage : qui dépense le plus en France ?

Après avoir consacré ses premières années d’activité à définir des indicateurs permettant d’analyser au mieux le phénomène des jeux d’argent, l’Observatoire des Jeux a récemment proposé un atlas permettant d’étudier l’intensité de la pratique des jeux dans les zones géographiques de France.

Loteries, jeux de grattage : qui dépense le plus en France ?

Aussi, il est désormais possible de savoir qui sont ceux et celles qui dépensent le plus d’argent en jouant aux loteries ou bien aux tickets de grattage en France. Et autant que vous le sachiez tout de suite, les résultats réservent parfois leur lot de surprises…

Les loteries, des jeux à tirage plébiscités par les Français

Alors que les formes de jeux d’argent (poker, paris sportifs et hippiques, jeux de casino, etc…) n’ont eu cesse de se multiplier depuis la régulation du marché des jeux en ligne en 2010, les loteries comme celle du Loto et jeux de grattage n’ont pas perdu leur cote d’amour auprès des joueurs français.

Qu’il s’agisse de l’Euromillions, du Loto ou des nombreux tickets de grattage proposés dans les points de vente FDJ, les loteries et jeux de grattage restent effectivement fortement plébiscités en France.

49,5% des Français joueraient à la loterie ou se laisseraient aller à gratter un ticket à gratter au moins une fois dans l’année.

Toutefois, l’ampleur prise par cette forme de jeux d’argent est davantage visible lorsque l’on s’intéresse à la mise moyenne qui s’établit à 188 €.

Reste maintenant à savoir si les loteries, y compris l’Euro Millions et jeux de grattage rencontrent réellement un succès national ou si celui-ci dépend des régions.

La pratique des loteries étroitement liée au maillage du réseau FDJ

Si la mise moyenne à l’échelle nationale est de 188 € lorsqu’il s’agit de loteries ou de jeux de grattage, force est de constater que d’importantes disparités sont observables d’un département à l’autre.

Ainsi, six départements se distinguent par un montant de mises largement supérieur à la moyenne. Il s’agit de l’Aisne, des Ardennes, de la Corse du Sud, de la Haute Corse, du Nord et de Paris.

Connus comme des joueurs invétérés, les habitants de l’île de Beauté confirment donc l’image qu’ils renvoient habituellement.

Avec une mise moyenne de 310 €, les deux départements corses sont assurément ceux où les joueurs dépensent le plus d’argent. Avec 239 € de mise moyenne en loteries et jeux de grattage, Paris arrive ensuite.

A l’opposé, il existe des départements où les joueurs dépensent beaucoup moins d’argent que la moyenne nationale pour jouer à la loterie comme par exemple le Keno Gagnant à Vie entre autres et aux jeux de grattage.

C’est tout particulièrement le cas dans le Sud-Ouest mais aussi dans les DOM-TOM. D’ailleurs, c’est en Guyane, loin de la métropole donc, que la mise est la moins élevée puisqu’elle n’atteint que 90€.

En réalité, une analyse fine des données par départements permet de mettre en avant un lien étroit entre la pratique des loteries et jeux de grattage et le maillage du réseau FDJ.

En effet, plus un département offrirait une grande densité de points de vente par habitant, plus les joueurs dépenseraient d’argent et inversement.

Les ventes de jeux de loteries et de tickets de grattage sur Internet (3,8%) sont telles qu’elles restent marginales et contribuent à renforcer ce lien.

Quelques exceptions viennent toutefois affecter cette relation forte comme par exemple les départements de la Lozère ou de la Creuse.

Ceci pourrait indiquer que le lien entre le maillage et la pratique des loteries est d’autant plus étroit que le département est peuplé. Somme toute logique mathématiquement parlant !

Malgré ces disparités selon les départements, les jeux de tirage comme le Loto et de grattage apparaissent comme ceux où la répartition des mises est la plus homogène.

Les six départements où loteries et tickets à gratter séduisent le plus ne pèsent ainsi que 10% du chiffre d’affaires.

Loteries, jeux de grattage: qui dépense le plus en France ?

AMIGO ou la preuve que la pratique d’un jeu peut être liée à une zone géographique donnée

Si le jeu AMIGO ne fait l’objet d’une mise moyenne annuelle qui ne s’élève qu’à 26 € à l’échelle nationale, les disparités entre les départements sont extrêmement élevées.

En région Ile de France, dans quelques départements limitrophes, dans le Haut-Rhin ou encore Haute-Savoie, les mises à AMIGO dépassent les 78 € soit trois fois la mise moyenne. A l’inverse, dans le Gers, la mise moyenne à ce jeu de loterie vidéo proposé par la FDJ est seulement de 5 €.

En réalité, cette répartition très hétérogène des mises s’explique par le fait que tous les points de vente Française des Jeux ne proposent pas le jeu AMIGO dans leur offre puisque certains ne disposent pas des installations nécessaires.

Aussi, la pratique de cette loterie vidéo va de pair avec la répartition des points de vente équipés.

Pas vraiment étonnant donc que les 14 départements où AMIGO est le mieux implanté génèrent à eux seuls près de la moitié du chiffre d’affaires lié à cette loterie vidéo.

Retour haut de page